22/09/2008

A l'aube de la vie, 2


  • aube de la vie2Titre : A l'aube de la vie, 2
  • Auteur : Emilie Decamp
  • Date de sortie : avril 2008

09:45 Écrit par Céline pour CDL | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

A l'aube de la vie, 1


  • aube de la vieTitre : A l'aube de la vie, 1
  • Auteur : Emilie Decamp
  • Date de sortie : avril 2008

09:43 Écrit par Céline pour CDL | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/09/2008

L'attrape-rêve


  • Titre : L'attrape-rêve
  • Auteur : Raymonde Malengreau
  • Date de sortie : avril 2008

10:29 Écrit par Céline pour CDL | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le passage


  • Titre : Le passage
  • Auteur : Maxime Berger et C.Pirkenne
  • Date de sortie : avril 2008

10:28 Écrit par Céline pour CDL | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La gloire amoureuse


  • Titre : La gloire amoureuse
  • Auteur : Daniel Plasschaert
  • Date de sortie : avril 2008

10:27 Écrit par Céline pour CDL | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Amour, puissance, haine


Titre : Amour, puissance, haine

Auteur : J-J Manicourt

Date de sortie : avril 2008


Je suis né en 1957. J'ai donc connu la télévision en noir et blanc et les émissions que diffusait une seule chaîne. Raison pour laquelle, sans doute, mes parents lisaient ; que mes parents fussent lecteurs n’est pas étranger au fait que très vite, moi aussi, je me suis mis à lire et à m'intéresser à cette drôle de convention humaine : l'alphabet. Aujourd'hui, je m'intéresse à un autre alphabet, plus ancien que celui nous venant du Grec : l'alphabet des hiéroglyphes. J'essaie péniblement de traduire des textes millénaires dont la sagesse m'inspire.

Je suis également, pour des revues de psychanalyse, l 'auteur de quelques articles qui tentent de rendre compte de ma pratique de clinicien auprès d’enfants en souffrance avec le réel.

EXTRAIT "Amours puissance haine"

Anouk me signifiait clairement qu’elle n’avait aucune considération pour tout ce qui pouvait me rappeler l’homme avec lequel son ami n’avait aucune chance de rivaliser. En cela elle était une amie de Hugues, fidèle, et stupide. Je m’apprêtais à lui répondre quand mon regard croisa le moucharabieh qui sépare la bibliothèque de la logette en aplomb de la façade, et je fus prise d’un fou rire en me remémorant ce que Lui, qui lisait derrière le grillage en bois, avait surpris dans ce qui n’était encore qu’une chambre d’ami. Ce jour-là Anouk y était entrée et s’y était caressée en chantant les louanges d’un homme idéal auquel elle prêtait une main (experte ! s’était esclaffé Lui) en charge d’un plaisir que de petits Ah ! Aaah ! aigus et risibles avaient ponctué.

Anouk chercha, bien entendu, à connaître la raison de mon fou rire qui faisait écho à celui que Lui avait dû retenir. Elle pensa que j’humiliais davantage Hugues en riant de la sorte, ce qui n’était pas tout à fait exempt d’à-propos, car, faut-il l’écrire, Lui et moi avions supposé que l’homme idéal auquel elle avait fait appel dans la scène d’onanisme devait être Hugues.

- Je ne comprendrais jamais pourquoi Hugues t’a épousée. Tu n’es qu’une petite sotte.

Comme je tardais à reprendre mes esprits, elle tourna les talons, et quitta la bibliothèque en claquant la porte. Je profitais de ce répit pour m’installer dans la loggia et poursuivre la lecture du roman de Stendhal sous la fenêtre gisante qui filtrait une lumière automnale aussi déprimante que la visite d’Anouk

 

10:26 Écrit par Céline pour CDL | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Divagations bohémiennes

 


  • DivagantionsBohemiennes-NoraAtalla-siteCDL2Titre : Divagations bohémiennes
  • Auteur : Nora Atalla
  • Date de sortie : avril 2008
  • Le site de l'auteur : www.nora-atalla.com


    • L'auteur :

Nora Atalla a été lauréate de plusieurs prix de poésie en Europe, dont l’Apollon d’Or 2008 dans la catégorie poésie libre au concours international de Poésie Vivante, une association culturelle soutenue par le ministre de la Culture en France. D’un même élan, elle s’est vu remettre le deuxième prix de la Francophonie, toujours dans la catégorie poésie libre, au concours international Regards 2008, à Nevers (France). En 2007, l’écrivaine et poète avait aussi remporté deux premiers prix pour un conte et une nouvelle, et en 2006, le Grand Prix de l’Union des Poètes francophones à Bruxelles et le Premier prix de la Francophonie de Regards à Nevers, en poésie libre.

Nora Atalla est également l’auteure d’un roman à saveur africaine, "La couleur du sang" , qu’on peut trouver dans la plupart des librairies au Québec, à la Librairie du Québec à Paris et sur divers sites Web, tels Amazon, Chapitre et Alapage.

Les caprices du hasard l’ont amenée à vivre au Honduras et en République démocratique du Congo (ex-Zaïre). En 2005, elle s’établit dans la ville de Québec. Romancière, poète et nouvelliste, maintes fois publiée, Nora Atalla œuvre dans le domaine de l’écriture et se consacre à promouvoir la langue française.


Le livre :

Tel le fildefériste, Nora Atalla va sur le fil vacillant de la vie, explorant le temps et la mémoire, l’espoir et le chaos. Au risque de basculer dans le vide, elle pose un regard lucide et clinique sur l'humanité, les yeux et le cœur grands ouverts, braqués sur le monde et sur la douleur d'être. Ses divagations bohémiennes nous parlent de l’origine des émotions : […] J’aime l’aurore / qui raconte la naissance / des premiers matins / à l’heure où se couchent / les inimitiés enfantines / les peines futiles / tendresses revenues / se lover dans l’arc / du clair-obscur […], et du déclin inéluctable du souffle : […] Pinces acérées / de la bête gourmande / mangeuse de chair / scorpion de la douleur / rampe rampe / sur mon cou immolé / pour sectionner les artères / de la vie du souffle / de la lumière / la voilà diffuse / la voilà qui s’éteint. […].

Le recueil présente une préface de Jean-Max Méjean, écrivain et critique de cinéma œuvrant à Paris : « […] Il y a donc dans ces divagations de Nora Atalla tout l'art antique de la parole libérée, et il n'est pas étonnant qu'au travers de cette écriture automatique, contrôlée par les règles mêmes de l'art poétique, se glissent les obsessions, les fantômes et les craintes qui hantent l'imaginaire de l'auteur. […] »

09:54 Écrit par Céline pour CDL | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |